La Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) vient de publier une série de données statistiques plutôt déprimantes pour nous les professeurs des écoles.

252257_107975926036120_483468273_nLa politique menée ces dernières années envers les fonctionnaires a favorisé le développement des primes et des indemnités, au détriment du salaire indiciaire. Or les enseignants du primaire bénéficient de très peu de primes et indemnités : le salaire effectif perçu par les instits a donc fortement stagné, malgré le coup de pouce aux jeunes entrants dans le métier. Notre salaire net a d'ailleurs lui carrément baissé puisque certains prélèvement ont été augmenté... ce qui encore le cas en novembre .

Si on regarde la grille des PCS (Professions et Catégories Sociales) de l’Insee, instaurée en 2003, nous étions classés en « profession intellectuelle supérieure ». nous avons été déclassé en « profession intermédiaire », alors que nos collègues, enseignants de secondaire restent classés en  « professions intellectuelles supérieures ». Enseigner en primaire n'est plus une profession intellectuelle.

Notre ministre dernièrement expiquait qu'il "serait digne" de nous payer davantage mais on sait qu'il ne le fera pas puisqu'en même temps il se réjouit du faii que nous allons venir travailler une matinée de plus sans compensation financière.... c'est pas ça qui va améliorer notre moral!

Plus d'infos ici sur formapex  ou là sur l'intit'humeur

 

merci à superdindon en colère pour le dessin