faq
Beaucoup de gens se posent un certains nombre de questions à notre sujet. Nous lisons et entendons beaucoup de choses, souvent inexactes voire complètement fausses.

Nous avons donc décidé de rédiger notre FAQ.... Pour le moment, il n'y a que quelques questions/réponses mais beaucoup d'autres vont venir remplir cette rubrique!!

Prêts? C'est parti !

 

Qui sont les dindons?

Nous sommes un collectif d’enseignants. La majorité d’entre nous enseigne dans le public et en primaire mais nous avons également des dindons travaillant dans le privé et/ou dans le spécialisé.

Certains d’entre nous sont ou ont été syndiqué, d’autres non.

Tous nous sommes passionnés par notre métier mais nous sommes aussi de plus en plus désabusés des conditions dans lesquelles on nous demande de l’exercer.

Pourquoi le collectif a-t-il été créé?

Le Collectif a vu le jour fin octobre 2012.

Tout a commencé par des échanges sur un forum enseignants. Au départ, nous échangions sur nos attentes, nos questionnements et les avancées car nous attendions beaucoup de ce nouveau gouvernement et de sa grande refondation… nous étions même impatients !

Et puis, les désillusions sont arrivées… pour ce qui est des concertations, on a vu mieux. Beaucoup avaient déjà eu lieu avant les élections, d’autres se faisaient mais sans nous… Les syndicats enseignants communiquaient très peu sur le sujet au point qu’on se demandait même s’ils faisaient partie des concertations.

Les premiers échos de cette refondation se sont fait entendre par voie de presse, déconcertantes, alarmantes. Et puis un jour, il y a eu la goutte d’eau qui a fait déborder notre patience, ce fameux débat sur l’école primaire sur Médiapart où notre Ministre était présent mais où les intervenants ont parlé plus du collège, du lycée que du primaire et surtout où il n’y avait aucun représentant du primaire…

A force de nous sentir écartés des concertations, des débats et d’apprendre des bribes de réformes par la presse, nous avons décidé de nous unir pour échanger, nous soutenir, informer nos collègues et surtout essayer de faire entendre la voix des enseignants dans cette pseudo refondation.
Le collectif était né… une page facebook pour commencer, un blog pour continuer et nous avons commencé à informer et agir.

Aujourd’hui, nous sommes presqu’une centaine de dindons « actifs » éparpillés en France à relayer les idées du collectif et informer nos collègues du mieux que nous pouvons.

Que veulent les dindons?

Nous voulons une école pour tous, une école pour chacun. Une école nouvelle, moderne, forte et égalitaire. Une école qui s’adapterait et respecterait les rythmes des élèves et pas uniquement ceux de leurs apprentissages. Une école où chaque enfant trouverait sa place même s’il est reconnu précoce, en difficultés ou porteurs de handicap.

Nous voulons une école qui instruit et qui transmet les valeurs citoyennes de notre pays. Une école où les enfants viennent avec plaisir et l’envie d’apprendre.

Les dindons sont-ils contre toute idée de refondation?

Nous sommes bien conscients que notre école va mal, que tout notre système éducatif va mal et que l’ensemble doit être refondé. Mais nous ne voulons pas d’une énième petite réforme, notre école mérite mieux, elle mérite une vraie refondation, ambitieuse, intelligente et en profondeur.

Nous avons conscience qu’un chantier d’une telle ampleur ne pourra pas se faire dans la précipitation mais qu’au contraire il faudra prendre du temps. Du temps pour réunir les différents intervenants, du temps pour tout mettre à plat, du temps pour réfléchir, se concerter, proposer.

Nous voulons que les enseignants du primaire fassent partie de ces concertations, de ces groupes de travail. Nous voulons surtout que cette refondation se fasse dans l’intérêt des élèves, que celle-ci soit un réel progrès pour leurs apprentissages et leur développement. Nous voulons que notre école arrête les clivages, diminuent les inégalités et respecte davantage les rythmes des enfants.

Pourquoi les dindons sont en colère ?

Nous, enseignants du primaire, sommes en colère car nous ne nous sentons absolument pas inclus dans ce grand débat national, et nous le regrettons amèrement.

Qui peut mieux que nous parler de notre quotidien et de celui de nos élèves ? Qui peut mieux que nous imaginer l’école de demain ? Et pourtant on ne nous demande pas notre avis, on ne nous écoute pas et nous nous sentons mis à l’écart.

Les lobbys du tourisme, de la restauration sont écoutés et semblent ravis des décisions prises que ce soit au sujet du mercredi matin travaillé ou au sujet du calendrier 2013… calendrier qui ne respecte en rien l’alternance 7 semaines de travail, 2 semaines de repos préconisée par les chrono-biologistes ou plutôt si mais uniquement de septembre à décembre !!!

D’autres encore, comme la FCPE ou plutôt son président (car visiblement tous les adhérents n’adhèrent pas aux propos de ce dernier) s’estiment tout puissant dans cette refondation, exigent, menacent et donnent des consignes de vote….

Chacun donne son avis en fonction de ses propres convictions mais beaucoup oublient que cette refondation, avant d’être faite en faveur du tourisme, des parents cherchant un mode de garde et j’en passe, doit être faite dans l’intérêt des enfants.

M. Peillon dit qu’il y a eu de grandes concertations… qu’en est-il vraiment ?

L’une des réformes les plus contestées par la base, celle des rythmes, était déjà posée avant même que ne débute la soit disant concertation :

*M. Peillon dans un article du café pédagogique du 16 décembre 2011 ; donc bien avant l’élection de F.Hollande

« Une première série de consultations est terminée, mais d'autres vont se poursuivre à travers des groupes thématiques pour approfondir plusieurs points et voir jusqu'où on peut aller. C'est un travail sérieux, discret, approfondi, respectueux des rôles de chacun, mais qui dit bien combien nous partageons tous la volonté de conduire ensemble ce redressement national autour et à partir de notre école. François Hollande aura à proposer son projet pour la France, et sa vision de l'école républicaine du XXI siècle, sans doute dans les premières semaines de 2012, et il aura plusieurs occasions de préciser ce projet jusqu'en mai. » 

*M. Peillon au 20H de TF1 le 30/05/2012 interviewée par Laurence Ferrari : « Vous avez annoncé très vite le retour à la semaine de 4,5 jours, ce n’était pas vraiment une méthode de concertation »

*sur TF1 News  le 22/05/2012 / Primaire : M. Peillon préfère les cours le mercredi matin

 « Mercredi ou samedi ? Le nouveau ministre de l'Education nationale a choisi. » http://lci.tf1.fr/france/societe/retour-de-la-semaine-de-cinq-jours-peillon-en-faveur-du-mercredi-7263847.html

*M. Peillon sur RTL le 22/05/2012 : « ce sera le mercredi »http://www.rtl.fr/emission/l-invite-de-rtl/voir/vincent-peillon-ministre-de-l-education-nationale-nous-avons-vole-les-enfants-de-quarante-jours-d-apprentissage-7748460843

Une concertation a bien eu lieu, c’est celle avec les partenaires du tourisme. L’alternance 7 semaines de classe, 2 semaines de vacances a été abandonnée alors qu’elle faisait l’unanimité auprès des acteurs de l’école mais qu’elle dérangeait l’industrie du tourisme. http://www.anmsm.fr/fr/88/0/1/141/actualites/d

Reflet de cette pluralité, le comité de pilotage de la Conférence nationale sur les rythmes scolaires comporte des profils variés : experts de l’éducation, scientifiques, représentants du secteur touristique ou de la culture. Mais curieusement, il ne compte ni enseignants ni parents d’élèves. Ils ont juste été auditionnés http://www.scienceshumaines.com/les-rythmes-scolaires_fr_26965.html

Dindons et syndicats
Les dindons sont-ils affiliés à un syndicat ?

Le collectif des dindons se veut neutre et ne se revendique d’aucun syndicat. Certains membres sont ou ont été syndiqués mais tous agissent en leur nom propre au sein du collectif.
Nous avons été contactés et sollicités par plusieurs syndicats pour signer leur pétition ou rejoindre leur rang… ce que nous avons refusé ! Nous sommes d’accord pour travailler avec les syndicats pas pour en rejoindre un plus qu’un autre.

Les dindons sont-ils contre les syndicats ? Les dindons cherchent –il à nuire aux syndicats ?

Loin de nous ces deux idées pourtant lues à gauche ou à droite. Nous voulons refléter la base des enseignants, base qui ne sent pas toujours représentée par les syndicats. Nous voulons travailler conjointement avec eux, être une force en plus.

Nous ne voulons pas nuire aux syndicats, nous relayons leurs informations et discutons régulièrement avec les représentants nationaux et/ou départementaux.
Nous essayons d’informer les collègues au mieux et le plus « neutre » possible.