Je suis prof des écoles dans une classe de PS/MS à Ris Orangis, dans une école maternelle de 10 classes, sur trois bâtiments, avec 31 enfants par classes dont un tiers n’est pas francophone ou dont le français n’est pas la langue maternelle. Dans ce contexte déjà complexe, nous avons l’IMMENSE PRIVILEGE d’être passé à la semaine des 4 jours et demi et nous sommes témoin chaque jour de la catastrophe.

C'est juste inimaginable!

Nous sommes en train d'achever notre système scolaire, mais il y a plus grave: les enfants sont en insécurité permanente et nous sommes en train de dégoutter les enfants de l'école à tout jamais. Les enfants sont ballotés, de personnes en personnes, de structure en structure, de lieu en lieu, de règles en règles.

Plus rien n'est fixe,tout change tous les jours:

-les horaires changent tous les jours,
-l'emploi du temps change chaque jour ( jours long/ courts, récré/ pas récré, école l'aprem/ pas école l'aprem, cantine/ pas cantine, centre de loisirs/ tap/ apc...) ,
-les intervenants changent tous les jours, les animations aussi,
-les lieux de TAP changent tous les jours,
-le rôle des adultes changent d'un jour à l'autre (atsem/ animateur/ intervenants/...)
-la fonction des lieux aussi change tous les jours (la salle de gym peut devenir la salle de musique , la salle de classe peut devenir la salle de récré, la cour de récré peut devenir le lieux où l'on s'assoit pour attendre les papas-mamans-, le dortoir peut devenir le terrain de foot, la bibliothèque peut devenir la salle de dessin, ...)

Ce qui ne change pas depuis 4 semaines, c'est la fatigue extrême des enfants, le stress permanent des élèves qui ne se repèrent plus, qui pleurent énormément, le flottement général lors des prises en charges des intervenants qui ne semblent formés ni à la gestion des groupes, aux "gestes élémentaires" de prise en charge d'un groupe (appel, comptage des enfants, déplacements, règles de sécurité: PAI, Remise aux parents ...) ni parfois à l’attitude à adopter avec des enfants (tenue vestimentaire, langage, tonalité...).

Ce qui ne change pas, c'est l’atmosphère de stress des enseignants qui supportent, qui tentent de rassurer les enfants et les parents, qui voient tout cela se passer et qui ne peuvent rien faire , rien dire, à part pleurer tout seuls dans leur voiture tellement il est dur de se faire chasser de sa classe en laissant ses petits élèves en larmes auprès d'un inconnu.

Ce qui ne changent pas, c'est l'insécurité des élèves qui sont dans un environnement de flottement, de tests, d'à peu près (pendant trois semaines, les intervenants n'ont pas eu de liste, et ils ne savent toujours pas où ils peuvent s'installer pour faire leur intervention qui de toute façon n'est que très rarement structurée ou anticipée et errent donc avec leur groupe de 18 MS dans toute l'école), c'est l'insécurité de base lorsque l'on parque + de 300 gamins d'élémentaires dans un préau pendant plus de 50 minutes dans un bruit infernal et une chaleur élevée!

Ce qui ne change pas c'est le désarroi des enseignants face à leurs élèves qui s'endorment d'un coup, crayon à la main sur leur travail, face à l'impossibilité de faire progresser les enfants qui sont épuises et éteint dès le matin et surexcités l'aprem et déjà lassés, face aux inquiétudes des parents qui n'arrivent plus à gérer la fatigue de leur enfants.

Ce qui ne change pas c'est ma révolte, du matin jusqu'au soir, du lundi au dimanche . Je suis révoltée de voir ce que l'on fait subir à ces enfants, je suis révolté que deux jours par semaine on leur demande d'être attentifs, sages, calmes, intéressés de 13h30 à 17h ou 18h (pour ceux qui vont au centre ou à l'étude) sans récré ni encas!!!! Quel adulte est capable de rester opérationnel pendant 4h et demi d’affilées sans pause ni collation?
Je suis révoltée d'entendre des gens que je ne connais pas, qui ne me connaissent pas, qui ne connaissent pas non plus mon métier et mon travail me dire qu'il faudrait que j'arrête de raconter des histoires en fin de classe car c'est ce qu'ils vont faire juste après!!!! En maternelle, ne plus raconter d'histoires le soir!!!!
Je suis révoltée de voir que l'on va lever tous les écoliers de France et de Navarre tous les mercredis pour libérer du temps pour faire "scoubidous" en MS , "coloriages" tennis sans raquettes ni balles, foot à 60 enfants et 1 ballon ou lancers de KAPPLA dans la classe!!!

Je suis révoltée lorsque nous retrouvons l'école sans dessus- dessous le matin en arrivant (classe retournée, gros matériel de sport déplacé et dérangé, meubles de classes détériorés, dortoir retourné)
Je suis révoltée lorsque j'entends les gens dire que les enseignants sont contre cette réforme car ils doivent se lever le mercredi!!! S'ils savaient que nous, enseignants de Ris Orangis, c'est le cadet de nos soucis, que plus personnes parmi les enseignants ne râle pour son petit mercredi matin ou pour ses frais de gardes d’enfants ou encore pour ses frais de transports tellement le problème est plus grave, tellement la situation est d'un autre ordre!

Je suis révoltée par cette réforme qui fait que pour la première fois de ma carrière j'angoisse à l'idée d'y retourner, qui m'empêche de bien faire mon travail. Je suis révoltée de voir cette ECOLE DE LA REPUBLIQUE disparaître, l'école publique qui tentait de donner les mêmes chances à chaque élève. Je suis révoltée de voir que cette réforme prend les familles en otage, ces familles qui travaillent et qui ne peuvent pas faire autrement que de laisser leurs enfants dans ce désordre. Qui peut aller chercher son enfant à 15h30? Quel patron accepte de laisser partir son employé à 15h pour que celui ci soit à la sortie d'école à 15h30! On oblige les familles à laisser leurs enfants à des inconnus pour faire des activités qu'ils n'ont
pas choisies et parfois sans intérêt!

Je suis révoltée d'entendre des médias ou politiques me parler de respect des rythmes de l'enfant car dans cette réforme, l'enfant et loin d'être respecté!!! Son rythme encore moins!!!

Ce qui ne change pas c'est mon refus. Je refuse cette prise d'otage!
Je refuse de me taire car c'est incroyable ce qui se passe et les gens (parents et enseignants) doivent savoir ce qui les attend et ce que reforme des rythmes scolaire signifie concrètement.
Je refuse de mettre mes enfants là dedans l'année prochaine!!!
Je refuse de les laisser à des inconnus non qualifiés.
Je refuse de mettre mes enfants en danger dans une telle désorganisation.
Je refuse de faire vivre à mon petit un rythme scolaire si fou!
Je refuse d'épuiser mes enfants à tel point de les dégouter de l'école tout cela dans le but de faire des scoubidous ou du coloriage...Je refuse d'être inactive, je refuse de laisser faire cela dans la commune où sont scolarisés mes enfants. C'est pour cela que je profite de ce témoignage pour lancer un appel: