« Un fonds exceptionnel, doté de 250 millions d’euros, accompagnera les communes dans la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires.» Ce fond ne correspondra qu’à un tiers des besoins réels comme confirmé par bon nombre de communes.

Ce fonds sera largement insuffisant pour aider les communes en particulier lorsqu'il n'existe déjà pas d'activités périscolaires.

Le fonds ne sera alloué que pour l'année 2013-2014. « Les communes rurales plus en difficulté bénéficieront d'un soutien une année de plus. » Et après ?

Il est par ailleurs étonnant que l'argent de l'Etat, à l'heure où l'on demande des efforts à tous pour rationaliser la dépense publique, soit utilisé pour simplement changer les rythmes scolaires alors que le cœur des problèmes que rencontre l'Education Nationale est bien plutôt celui des programmes et des effectifs dans les classes.